Accueil > Patrimoine urbain > Patrimoine naturel > Des glapissements dans la nuit ...

Des glapissements dans la nuit ...

Scoop : écoutez en ligne les "Goupils des Mathurins" au clair de lune !

vendredi 1er mai 2009

Entendus vers 3 heures du matin, dans la nuit du dimanche 26 au 27 avril dernier, des glapissements étranges, déjà survenus, leurs auteurs sont enfin démasqués et cette fois nous en avons réalisé un enregistrement... à écouter !

Ce sont les glapissements de deux renards en arrêt (ennemis ou amoureux ?) se tenant chacuns à bonne distance et s’impressionnant par des sons inhabituels et un peu effrayants ... au clair de lune de cette nuit d’avril 2009.

Nous les avons surpris, au moyen une lampe torche braquée brièvement vers la friche des Mathurins à l’endroit de la partie déblayée par les travaux d’un ancien chantier.

Les pupilles enflammées et le pelage herissé, profitant des herbes folles qui fournissent une cachette idéale à leurs déambulations noctures et d’habitude très discrètes, les "Goupils des Mathurins" sont restés là plus d’une demie heure à se répondre en écho. C’est notre présence qui les a finalement fait s’éloigner et a rétabli un certain silence.

Comment cela s’est terminé pour les deux "compères" ? C’est une autre histoire... (à suivre) ...

Goupils des Mathurins
Glapissements des goupils pendant la nuit

Merci à eux, pour cet extrait de leurs joutes voccales nonobstant leurs empreintes en dédicace, preuve des droits d’enregistrement et de diffusion accordés.
Tant pis pour la photo tant rêvée qui n’a pas pû être faite. Quel scoop cela aurait été de pouvoir la proposer au concours photos "La nature dans notre quartier" lancé par l’association du 1er au 15 mai !


Voir en ligne : wikipedia/Renard

Messages

  • Intéressant enregistrement... qui nous a éclairés sur d’étranges bruits que nous pensions être ceux d’une lutte sans merci entre habitants de la friche, entendus un soir, aux alentours de la même date, vers 23h.
    A la question "ennemis ou amoureux", je répondrai plutôt "ennemis" au vu (à l’audition ?) de ce que nous avons écouté.